Inauguration du nouvel atelier Toro – 1 –

2009 Toro Acrylic 04 S

by Miki, May 2009 – Acrylique sur toile, 100 x 50 cm

Enfin j’ai pu me remettre à la peinture sur toile! Depuis mon déménagement l’été dernier j’étais privée de mon atelier pour grands formats, et je trouvais réduite à peindre sur papier ou sur toiles miniatures. Non pas que je n’aime pas, non. J’adore le papier, surtout le beau papier beaux arts, c’est un immense plaisir de travailler dessus å l’aquarelle ou à la gouache. Mais bon, des fois, j’ai besoin d’avoir plus de place pour mes folies artistiques, et j’ai aussi besoin de sentir les pinceaux glisser sur la toile… c’est un sentiment tout autre que le papier, plus profond, plus physique. Alors voila, l’endroit convoité depuis des mois pour installer mon nouvel atelier est enfin acquierti, et je n’ai pas tardé une seconde pour me mettre au travail., les corridas étant bien sur LE thème idéal pour commencer. D’abord parce qu’une corrida en grand format çà rend plus justice à la majesté de la fiesta, et puis aussi parce que mes clients en veulent. Du Toro sur toile, c’est çà qu’ils préfèrent! A part les Anglais, qui eux restent fidèles aux peintures aquarelles plus délicates et plus pastels…

Bref, je viens de terminer 2 formats panoramiques verticaux… je suppose que cela ne s’appelle pas comme çà, alors si quelqu’un ici connait le vrai terme… j’adore ce genre de formats extrêmes, verticaux ou horizontaux. Pas toujours facile d’y mettre la corrida dedans, mais je crois que, dans les 2 cas cela m’a bien réussi… et non, je n’ai pas honte de me faire des compliments a moi-même!!!

Je présenterai le second la prochaine fois… si je n’oublie pas!

Vendredi 10 avril 2009 – Arles : mano a mano…

Juan Bautista

Juan Bautista

Cet après-midi, les arènes sont pleines. Quand le paseo commence, une ovation salue l’entrée des 2 toreros français : Juan Bautista l’Arlésien et Sébastien Castella le Biterrois. Malgré le respect mutuel, c’est une réelle compétition qui réunit ces 2 maestros : qui sera le meilleur pour cette 1ère grande corrida de la féria ? En 2007, à Madrid, ils ont triomphé tous deux face au Roi d’Espagne. Aurons-nous la chance de revivre un aussi grand moment ?
Beaucoup ont regretté que les toros de Domingo Hernandez n’aient pas été à la hauteur de l’événement ; les faenas seront trop tributaires des toros et comme l’a dit le Président du club taurin « La muleta », il ne suffit pas d’avoir des figuras… Néanmoins, de belles choses se dérouleront, chacun ayant à cœur de démontrer son talent. 3 oreilles chacun, une égalité parfaite.
En ce qui me concerne, seule la fraîcheur humide des arènes m’a fait frissonner…

Sebastian Castella

Sebastian Castella

******************

par Joël D.

10 avril 2009 – La Féria d’Arles débute par une novillade…

0904-arles01Avant d’écrire quelques mots sur cette novillade qui va commencer la Féria d’Arles 2009, je voudrais rendre hommage à un éleveur qui me fait l’amitié de me recevoir dans sa ganaderia située près d’Arles, au Mas d’Icart.0904-arles02

On le voit ici entre son frère Jean-Pierre et à sa droite le banderillero Paquito Leal, ancien matador et fondateur de l’Ecole taurine d’Arles en 1988.

Le père, Aimé Gallon, va créer l’élevage en 1956. Ses fils Jean-Pierre et Michel auront cœur à poursuivre son œuvre pour amener petit à petit la ganaderia à un niveau qui permet aujourd’hui de belles présentations de toros.

Grâce à un ami commun, Michel me permet de découvrir ses taureaux « al campo » lorsqu’il leur apporte soins et nourritures. C’est un moment rare et plein d’émotion de voir ces magnifiques animaux déambuler près du tracteur qui leur amène paille et alimentation spécifique

11 heures… Les clarines vont bientôt résonner dans les arènes…
0904-arles03La novillade non piquée permet aux jeunes élèves des écoles taurines de briller et de gagner ainsi l’estime et la reconnaissance de leurs pairs et du public. 6 novillos de Barcelo devaient se présenter dans les arênes. 0904-arles04Un s’étant abimé une corne, c’est un novillo de chez Gallon qui le remplacera. Ce changement m’a permis cet amical clin d’œil à Michel gallon que l’on voit attentif au comportement de son toro. Celui-ci permettra à Javier Gimenez d’effectuer une jolie prestation, récompensée par une oreille.

Ce que j’aime dans les novillades, c’est la fraîcheur des jeunes matadors, leur enthousiasme et leur sincérité . Ils ont tout à démontrer et leur investissement – autant que parfois leurs maladresses – offrent souvent un spectacle riche d’émotions et de vérité. Cette novillade fut un bien agréable hors d’oeuvre pour ces 4 jours de fêtes consacrées à la tauromachie.

——————————————

Auteur:  Joel D.

Bullfight online… ole!

mikismartvignette

I have opened

“Miki’s Mart”

my online shop, where you can buy on-line many different products featuring my bullfighting art work (and my other artwork too!):

Original paintings

Giclee prints

Calendars

Mugs

Greeting Cards

Posters

For the moment I have put on sale only about 30 products, but I will regularly add more. When you are interested in a product featuring one of my paintings which you have seen in one of my websites but not in Miki’s Mart, please drop me a line at

miki@goodaboom.com

Thanks for visiting anyway!

La corrida, un truc de vieux appelé à disparaître ?

bullfightcorridapainting011

Les jeunes n’aiment plus la corrida

On entend parfois  que la corrida va disparaître naturellement puisque les jeunes spectateurs d’aujourd’hui désertent les arènes au profit des concerts et des stades de foot. Ainsi, ce « spectacle barbare » serait tout doucement en train de mourir de sa belle mort, il n’en aurait plus que pour deux ou trois générations.

Un dessin d’ABC

Ce débat, lui, n’est pas tout jeune. Rappelons-nous ce dessin fameux publié dans un ABC d’il y a une vingtaine d’années – ou plus peut-être, le temps passe si vite ! On y voyait une arène comble de spectateurs fervents en train d’attendre la sortie du taureau, alors que, surgissant du trou noir du couloir, arrivait en plein soleil sous les vivas… un ballon de foot ! Une génération plus tard, la tauromachie ne s’est jamais aussi bien portée. Les fauves qui jaillissent du couloir provoquent toujours la sourde et puissante exclamation du public saluant la sauvagerie, la force et la beauté du toro bravo.

Les jeunes vont vieillir !

En réalité, la seule inéluctable certitude est que les jeunes d’aujourd’hui sont les moins jeunes de demain. Or le goût de l’art classique, la volonté d’exalter ses racines et le plaisir de la nostalgie croissent avec l’âge, c’est bien connu. C’est ainsi que depuis des siècles des millions de jeunes Espagnols ont découvert la tauromachie sur le tard et sont devenus des aficionados experts et enthousiastes. Conclusion, nos jeunes rockers prendront un jour ou l’autre, c’est sûr, le chemin des arènes et nous verrons encore souvent l’affiche « No hay billete » orgueilleusement placardée sur les murs des plazas.

De la confiture de fraise

Les anti-taurins ne vont pas disparaître non plus, et c’est tant mieux. Leurs actions sont formidables, ils doivent absolument persister. En effet, c’est un régal pour l’œil de s’attarder sur les photos de presse prises lors de leurs manifestations, et il serait dommage de ne plus pouvoir admirer toutes ces jeunes femmes absolument nues, le corps barbouillé de confiture de fraise…

Par Bernard F.

Red

12bullfightcorridatoro2010

“Tired”

In my last post I was writing about the use of the colour blue in my bullfight paintings, which seems to be quite unusual. Some people categorically don’t like it as they think that bullfight must spin around warm colours, others like it because it is unusual, and some  perhaps need time to get used to it…

A few days later, I received the following mail:

” Hello, my name is Tom. I am from England. I am taking GCSE art on the subject of red and have themed it all around bullfighting and Spanish culture. For my project I need an artist study and through research on the internet found your home site and its greatly interesting and your works have significantly influenced how i plan to do my final piece. I was wondering whether you would mind if i could complete my artist study on you and your pieces.

Gracias

Kind regards”

Honestly, I  quite often receive mails from young students, who like my art so much that they want to write their final work about  me. This is always a great moment for me, as I believe that one can be very proud to be able to inspire young people.

But this one was a very special joy for me. I feel quite close to the whole bull and bullfight world, not only with my art but with my heart too. Although I understand the people who are against it or even hate it, I always feel very sad when they attack it without even knowing what they are speaking about. To meet a young man, who comes from a different culture, and chooses bullfight to make his final work on it is simply GREAT!

I was so touched that I asked Tom to tell me a little bit more about his project and which bullfight painting of mine he more associates with “Red”.  He was kind enough to send me the following answer:

“… The subject of Red was one offered by the exam body but elaboration on the subject was left entirely to the student. For me the typically red bull fighter’s cape links bullfighting to the title. My idea is that the colour red, as a hot colour, can often symbolise anger which could be present in the bull, and red can also reflect blood spilt in the manner of fighting. So far I have completed primary studies on the way red fabric flows mimicking the red cape, and many secondary studies, using different media, of matadors and bulls. While originally I intended to emphasize the red of the cape and any blood present I have begun to extend the red beyond the cape to become the principle colour of the matador, the bull and even surrounding landscape. In this I am attempting to bring the anger and heat through as well as depicting the scene, and of course, it remains close to the title.

The painting I associate most with red is “Tired” fundamentally because reds and oranges
are the main colours, but also my personal interpretation is the sate of the bull reflects how its weaking and links to the blood spilt in the fight. I have been studying Spanish for a number of years and intend to take it for A-level next year, other than France, Spain is the only place I have been on holiday and I love the culture. However I have not yet had the chance to view a bullfight so my direct link to it is somewhat limited… “

I want here to thank Tom for his direct, wonderful contribution to my blog, and for giving me the hope back,  that bullfight will not die… Many people argue, that bullfight will automatically die by lack of spectators within 1 or 2 generations… perhaps not? Are perhaps our young people from today more tolerant?

Well, I shall write a post soon about the death of bullfight…

A question of Taste…

toroscape29s

In my last post I told you (in French, sorry…) about an acrylic bullfight painting which is standing unfinished on my easel in my new bathroom converted into an atelier. I will finish it, at some point, but in the meanwhile I decide to make some work on it with the computer, and here is the result, one more from the series “Toroscapes”.

I changed quite a lot of the initial colours, opting for blue/green instead of red/orange… my brother, who normally loves my bullfight paintings, told me once that he does not like it at all when I put a lot of blue or green in these paintings.

I am myself not a fan of the so-called cold colours, but when one paints so many bullfight themes as I do, and stay true to the traditional colours which one kind of associates to corrida, there comes a point when one cannot see these colours anymore! I am quite close to this point right now!

But anyway: as always, a question of taste!

One more Toroscape…

toroscape27-xs– Toroscape 27 –

Bon, lentement mais surement je me replonge dans la corrida. Pas toujours évident de trouver l’envie de les peindre, c’est vraiment un sujet très particulier, et souvent j’ai besoin de longues pauses entre les séries. Je ne crois pas que la pause est complètement finie, mais j’ai trouvé ce matin un dessin commence il y a quelques semaines, puis abandonné pour autres priorités, et finalement oublié… j’ en ai aimé le sujet, alors j’ai repris le dessin et l’ai continué, d’abord à l’encre, puis à l’aquarelle, et finalement, et c’est bien le cas de le dire, je l’ai achevé à l’ordinateur!

J’ai aussi sur mon chevalet dans la salle de bains transformée en atelier pour peinture sauvage, un tableau de corrida à l’ acrylique sur toile, commencé il y a environ 3 semaines… il faudrait que je l’achève bientôt celui-là aussi, car j’ai l’intention de faire toute une série à l’acrylique sur toile… mais quand je fais çà, de la peinture j’en mets partout, et pour le moment je me sens un peu sophistiquée et je n’ai pas envie de me salir  🙂

Et puis faut dire aussi, et ca c’est moins amusant, que depuis que nous avons amenage ici, a Turre (Andalicia, Provincia de Almeria) l’approvisionnement en materiel de peinture est devenu très diffcile, et je suis obligée de commander presque tout en Allemagne… et mes acryliques, elles se font un peu rare… alors peindre sans les couleurs dont j’ai besoin, ca pourrait etre un challenge genre occasion de changer ma palette de couleurs, mais queston corrida, il y a quand même des couleurs que je ne peux pas trop varier…

Je ne voudrais pas vivre dans une grande ville comme Paris ou Londres, mais je dois dire qu’il y a une chose dont je les ai envie vraiment les artistes qui y vivent:

leurs magasins de peinture!

Days and weeks and months with toros…

My new bullfight calendars for 2010 are ready.

This time they ahve been designed and produced in Scotland,

by

The Bay Attic.

Available sind 2 different designs:

1. the Slim line

bullfight-calendar-2010-slim-amour-toro

2. The not so slim line

bullfight-calendar-2010-a3-amour-toro

Mugs and Bulls

bullfighting-is-a-mugs-game-s

I am very proud to present you today one of the products which The Bay Attic in Scotland have created especially for my

Bull and Bullfighting Art site.

I have received these two mugs, some days ago, together with some other wonderful products which I will present in my site there. These cups are simply wonderful, of a beautiful quality and design.

And I have tested them already: they work perfectly!

I have thought about a way to present them here, and in my site. I simply couldn’t take the usual boring path, so I had this idea of using a white coathanger as horns and holder for the cups… and I stole the bull from somewhere in the net, like a cattle rustler(!) , but I performed some plastic surgery on him, giving him the eyes from another prettier bull featured on one of my paintings… Hope I won’t be sued by any of them!

Cheers and Ole!

Previous Older Entries