Dimanche 12 avril 2009 – Juan Jose Padilla rime avec alegria !

miura1

miura2

Après la pluie et la suppression de 3 corridas, la féria d’Arles est relancée avec une corrida de Miura, ces toros dont la réputation n’est plus à faire et même si certains affirment qu’ils se sont un peu assagis, ces magnifiques toros sont la garantie d’émotions fortes.
Sans mésestimer les qualités de l’andalou Rafaelillo et du bordelais Julien Lescarret, c’est surtout Juan Jose Padilla qui m’a impressionné. Le « cyclone de Jerez », ancien élève de l’école taurine de Cadix, avec ses rouflaquettes et ses cheveux en bataille, donnait tellement l’impression d’être heureux d’être là et vraiment, sa joie est communicative. Spécialiste des Miura, il a offert l’ensemble de son art, du travail à la cape, ample et avec temple, à la faena, sans oublier la pose de banderilles, avec un plaisir évident et ce plaisir partagé, on en avait bien besoin !

miura3

miura4

Chef de lidia, Padilla n’a pas manqué d’assumer son rôle lors d’une faiblesse de Lescarret et la qualité de sa prestation a pleinement justifié les oreilles accordées et sa sortie triomphale des arènes.
J’ai entendu certains dire qu’il savait aussi toréer le public. Si cela est vraiment le cas, je reconnais que ça a fonctionné avec moi, enthousiasmé que j’étais !

Les Miura sont restés fidèles à leur image de fougue et de force : en voyant le trou qu’une corne a fait dans les planches, on imagine avec frisson les dégâts d’une cogida infligée par un de ces fauves…

By Joel D.

miura5


8 Comments (+add yours?)

  1. Emma
    May 08, 2009 @ 07:47:32

    Superbes photos !
    une question : pourquoi une cape rose et ensuite une rouge ?

  2. Joël
    May 08, 2009 @ 10:26:12

    Bonjour Emma. Merci pour tes appréciations sur les photos !Je vais tenter en quelques mots d’expliquer la différence.

    Une corrida est divisée en 3 “tercios”. Le 1er se fait avec la cape rose et jaune (parfois verte). Des “passes”, parfois très élaborées, permettent, entre autres, de juger de la charge du toro, de canaliser sa fougue. Elle est de plus grande taille que la muleta, rouge. Celle-ci est réservée au matador lors du dernier “tercio” (=faena)où le matador est seul face au toro. Il est maintenant connu que la couleur importe peu pour le toro mais la tradition exige qu’une muleta soit rouge. C’est à la fin de la faena que le matador, après avoir dominé le toro avec les passes de muleta, le mettra à mort avec l’épée.

  3. Miki
    May 08, 2009 @ 14:33:16

    Quel plaisir de retrouver mes deux amis français dans l’arène d’Arles! 🙂
    Superbes photos en effet, je l’ai déjà dit à Joël, et je vais certainement m’en inspirer beaucoup pour mes prochains tableaux de corrida. J’en suis vraiment ravie!
    Et puis j’adore ces “petits” reportages de Joël, très sensibles, très humains… un grand honneur pour moi!

  4. Joël
    May 08, 2009 @ 19:45:55

    Bonsoir Miki !

    L’honneur est pour moi de voir mes photos sur ton site et appréciées, qui plus est !

    Quant à mon aficion, elle est fondée sur l’émotion que peut apporter la corrida et son environnement ; mes commentaires ne pourront être réellement techniques mais ce n’est sans doute pas le but d’un site consacré à la passion !

  5. Miki
    May 09, 2009 @ 08:57:20

    C’est exactement çà, Joël, un site consacré à la passion… comme toute ma vie le fut, et, j’espère, toujours le sera!
    Au fait, j’ai commence a faire un travail base sur la première photo, en série “Toroscape”, mais une autre forme de style… un peu peinture, un peu dessin… et surtout très vibrant en couleurs! Tu verras bientôt. Peut-être cela sera le premier tableau pour le calendrier 2011!!!

  6. Emma
    May 09, 2009 @ 12:33:50

    Merci pour ces explications Joël, je savais que le taureau en effet, ne distingue pas les couleurs. Mais ne dit-on pas que le rouge est la couleur de la colère ? (le rose, celle des petits anges, OK !🙂 )

    Miki, je doute qu’une passionnée comme toi, change un jour ! et c’est tant mieux, tout à notre plaisir.
    En espérant pouvoir un jour te mettre à l’honneur “chez moi”.

  7. Joël
    May 09, 2009 @ 18:26:26

    Miki, inutile de te dire mon impatience de découvrir tes prochains tableaux !

    Emma, je ne sais si la colère est le sentiment qui a fait que le rouge a été choisi ! En fait, je ne le crois pas, partant du principe qu’il faut dominer le toro avec calme (le temple) et la colère serait mauvaise conseillère !

  8. Joël
    Oct 08, 2011 @ 19:10:42

    Une photographie de Juan Jose Padilla a inspiré un superbe tableau de notre chère artiste Miki. Ce superbe matador a été très gravement blessé lors d’une corrida à Zaragoza le 7 octobre (Aragon, nord de l’Espagne). Sa vie n’est plus en danger mais nous risquons de ne plus voir ce torero flamboyant dans les arènes, il semble qu’il restera lourdement handicapé. Au réveil, il a pourtant demandé à son aporado de ne pas annuler une tournée en Amérique du sud… Quel caractère ! Je lui souhaite la meilleure récupération possible. Suerte !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s